Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie

9 Février 2013, 00:47

Aux confins de l'Ethiopie en Afrique, des siècles loin de la modernité, Hans Sylvester a photographié pendant six ans des tribus où hommes, femmes, enfants, personnes âgées, sont des génies de l'art antique, body painting. A leurs pieds, le fleuve Omo, à cheval sur un triangle Ethiopie, le Soudan et le Kenya, la vaste vallée du Rift qui se sépare lentement de l'Afrique, une région volcanique qui fournit une vaste gamme de pigments, ocre rouge, kaolin blanc, vert cuivre, jaune ou lumière gris cendré. Les tribus Omo sont le génie de la peinture corporelle, et leur corps de deux mètres de haut est une immense toile. La force de leur art tient en trois mots: les doigts, la vitesse et la liberté. Ils dessinent mains ouvertes, le bout des ongles, parfois avec un morceau de bois, un roseau, une tige écrasée. Les gestes vifs, rapides, spontanés, au-delà de l'enfance, ce mouvement essentiel que les grands maîtres contemporains cherchent quand ils ont appris beaucoup de choses et essayer d'oublier tout. Body Painting, seulement le désir de décorer, de séduire, d'être beau, un jeu et un plaisir permanent. La tribu Omo en Afrique suffit de plonger les doigts dans l'argile et, en deux minutes, sur la poitrine, les seins, le pubis, les jambes, est né rien de moins qu'un Pollock Miro, Picasso,, un Tàpies, un Klee ...

Aux confins de l'Ethiopie en Afrique, des siècles loin de la modernité, Hans Sylvester a photographié pendant six ans des tribus où hommes, femmes, enfants, personnes âgées, sont des génies de l'art antique, body painting. A leurs pieds, le fleuve Omo, à cheval sur un triangle Ethiopie, le Soudan et le Kenya, la vaste vallée du Rift qui se sépare lentement de l'Afrique, une région volcanique qui fournit une vaste gamme de pigments, ocre rouge, kaolin blanc, vert cuivre, jaune ou lumière gris cendré. Les tribus Omo sont le génie de la peinture corporelle, et leur corps de deux mètres de haut est une immense toile. La force de leur art tient en trois mots: les doigts, la vitesse et la liberté. Ils dessinent mains ouvertes, le bout des ongles, parfois avec un morceau de bois, un roseau, une tige écrasée. Les gestes vifs, rapides, spontanés, au-delà de l'enfance, ce mouvement essentiel que les grands maîtres contemporains cherchent quand ils ont appris beaucoup de choses et essayer d'oublier tout. Body Painting, seulement le désir de décorer, de séduire, d'être beau, un jeu et un plaisir permanent. La tribu Omo en Afrique suffit de plonger les doigts dans l'argile et, en deux minutes, sur la poitrine, les seins, le pubis, les jambes, est né rien de moins qu'un Pollock Miro, Picasso,, un Tàpies, un Klee ...

Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Tribus de la vallée de l'Omo / Ethiopie
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

m 17/05/2014 18:33

c magnifique !!!

anais 01/09/2013 18:43

quel art!