Kamba / Kenya

16 Janvier 2017, 19:09

Siège tabouret Kamba, Kenya / Kamba stool, Kenya.

Siège tabouret Kamba, Kenya / Kamba stool, Kenya.

  • Siège de la tribu Kamba, Kenya.

Très beau siège monoxyle dont le plateau circulaire et incurvé s’appuie sur trois pieds discoïdes. Il mesure 9 cm de haut sur 21 cm de diamètre, ce qui en fait un petit tabouret très facile à déplacer et transporter, mais néanmoins très confortable et reposant du point de vue postural.

Certains tabourets Africains étonnent toujours par leurs très petites tailles, mais d'un point de vue ergonomique, ils étaient tout à fait bien étudiés pour un mode de vie pastorale semi nomade ou le mobilier doit être réduit à son strict minimum en poids et volume, en vue des déplacements assez fréquents. Son assise située très près du sol permettait également à son utilisateur de ne pas avoir à se pencher lors de petits travaux domestiques ou de jeux effectués à même le sol. Je pense personnellement qu'ils devaient être également utilisés comme appui téte. D'ailleurs dans le cas des Kamba, ont ne leur connait pas d'appui nuques spécifiques.

Des trous sont percés sur le haut des pieds afin d'y passer une corde en palme tressée permettant de transporter plus aisément l'objet.

L’attention portée par le sculpteur sur la surface de l'assise, ornementée d’insertions de petites spirales de cuivre composants des formes géométriques en cercles et arcs de cercle renforcés a la manière d’hyperboles, laisse penser que ce siège était la propriété d'une haute personnalité. Graphiquement, la symétrie de la composition est volontairement mise en rupture par l'intégration de six lignes droites situées sur le haut et le bas de l'assise sur la photo. Cet effet de style renforce visuellement l'ensemble.

Traditionnellement, ces petits tabourets étaient uniquement conçus pour des personnes âgées, et leur fabrication faisait l’objet de la plus grande attention afin d’obtenir un siège agréable et satisfaisant du point de vue esthétique et ergonomique. Il devait accompagner son propriétaire jusqu’à la fin de sa vie et était considéré comme le symbole de la classe respectée des anciens.

Certains de ces tabourets ont été produits à l'époque coloniale pour être vendus comme souvenirs aux militaires Anglais puis Allemands, dont un exemple du musée Barbier Mueller est visible en bas de cette page. Cette production dite "coloniale" est souvent décorées par des ornementations peintes, plus rarement par des incrustations diverses dont des petites perles de troc, mais d'une manière générale, ces productions sont très symétriques et plus chargées que la pièce présenté sur cette page. Malheureusement cette surenchère décorative volontaire, destinée à attirer le regard d'un voyageur épris d'exotisme, a finalement à mon regard, un peu destitué de leurs auras ces merveilleux tabourets, s'éloignant de cette spontanéité créative qui fascine les amateurs d'arts premiers.

Le siège présenté sur cette page, est très certainement un des rares tabourets Kamba préservé et authentique qui ait été utilisé en usage réellement domestique et tribal sur une longue période. L'analyse de l'usure générale, la patine profonde et chargée, l'empiècement métallique central et la force que dégage la simplicité graphique de l'ornementation sont une série de détails qui laissent penser que ce siège ne pouvait s'adresser au regard et à la convoitise d'un européen. A noter également une réparation native du bois à l'aide de métal qui renforce ce point de vue.

Ex Merton Simpson collection,

Ex Marc and Denyse Ginzberg collection. NYC

Ex Jacaranda Tribal Gallery. NYC

Actuellement dans la collection Joël Portal

Edité dans African Arts, Spring 2001,

Edité dans African Forms," Afrique l'art des formes" de Marc Ginzberg à la page 26.

Exposé dans de nombreux musées aux Etats Unis.

Fin 19ème siècle, début 20ème siècle

En savoir un peu plus sur le peuple Kamba.

La tribu Kamba (également appelé Akamba) est un groupe ethnique bantou résidant dans le semi-aride province orientale du Kenya. Leur territoire s'étend à l'est de Nairobi vers le Tsavo et au nord-est de Embu.

Les Kamba sont d'habiles sculpteurs et vanniers. Ils vivent de la chasse, de l'agriculture et du pastoralisme

Bien avant l'arrivée des Européens, les Akamba étaient de grands commerçants et ils affrétaient de grandes caravanes qui apportait de l' ivoire aux commerçants arabes à Mombassa (environ 500 miles de chez eux). Là, ils échangeaient l'ivoire pour du cuivre, des perles, des rouleaux de tissu et du sel.

Dans la culture Kamba, la famille est essentielle à la vie de la communauté. Avant le mariage, un homme doit payer une dot, réalisé sous la forme de bovins, d'ovins et de caprins, à la famille de la mariée. Dans une communauté rurale Kamba, l'homme, qui devient le chef de famille, mène une activité économique comme le commerce, la chasse ou l'élevage de bétail. La femme travaille sur la terre. Elle fournit la majeure partie de la nourriture consommée par sa famille. Elle cultive du maïs, du mil, des patates douces, des citrouilles, des haricots, et du manioc. C'est le rôle de la mère d'élever les enfants. Même lorsqu'ils atteignent l'âge adulte, ils ne contredisent jamais les souhaits de leur mère. Elle est appelée Mwaitu (« la Nôtre »).

Très peu de distinction est faite entre les enfants des frères et sœurs. Ils s'adressent à leurs oncles et tantes comme à leurs père et mère, à leurs cousins et cousines comme à leurs frères et sœurs. Les enfants se déplacent souvent d'une propriété à une autre sans gêne et se sentent chez eux chez les proches de leurs parents qui, en charge de leurs neveux et nièces, sont de facto leurs parents.

Les grands-parents (Susu et Umau) aident aux tâches moins pénibles autour de la maison, tels que la fabrication de cordes, le tissage, la vannerie, le tannage du cuir, le nettoyage des calebasses. Les femmes plus âgées continuent également à aider au travail de la terre.

L'amour des Akamba pour la musique et la danse est une évidence dans leurs performances spectaculaires à de nombreuses occasions dans leur vie quotidienne ou lors d'évènements d'importances régionales et nationales. Dans leurs danses, ils montrent une agilité et une habilité athlétiques sur des mouvements acrobatiques et corporels

Comme les Masaî et les Aguikuyu, les Akamba croient en un dieu monothéiste, invisible et transcendant, Ngai ou Mulungu, vivant dans le ciel (yayayani). Asa (« le Père ») est un autre nom vénérable pour leur dieu. Il est aussi connu sous le nom de Mwatuangi. Il est perçu comme le créateur omnipotent de la vie sur la Terre et une entité miséricordieuse. Les Akamba traditionnels perçoivent les esprits de leurs morts, les Aimu/Maimu, comme les intercesseurs entre eux et Ngai. Ils sont honorés dans les rituels familiaux et les offrandes ou libations sur les autels individuels.

DETAILS DE LA PIECE

Kamba / Kenya
Kamba / Kenya
Kamba / Kenya
Exemple d'un siège Kamba décoré de motifs peints. Musée Barbier Mueller. Genève

Exemple d'un siège Kamba décoré de motifs peints. Musée Barbier Mueller. Genève

Autre exemple d'un très beau siège Kamba décoré par incrustation de fils de cuivre. Musée Barbier Mueller. Genève

Autre exemple d'un très beau siège Kamba décoré par incrustation de fils de cuivre. Musée Barbier Mueller. Genève

isa bet47 13/11/2014 22:18

que de beautés parmi ces pages

isa bet47 13/11/2014 22:17

que de beautés parmi ces pages

janne 05/11/2014 02:45

Ce tabouret est une merveille, un bonheur pour les yeux